Vie rurale

« Qui n’a pas une lampe électrique chinoise chez lui en ce moment, est avare pour lui-même »!

L’homme qui venait de monter à côté de moi semblait agité. D’habitude, quand à Conakry, après une heure sous le soleil, les doigts en l’air pour indiquer aux taximen quelle route on emprunte, l’on parvient, enfin, à monter dans un taxi, une espèce de bien-être vous envahit. Vous prenez au moins une minute de silence pour savourer votre « victoire ». Mais, non, cet homme était, lui, agité. Quelque chose le démangeait. Décidément, il voulait se confier. Dans un premier temps, il a voulu engager la conversation avec moi. Ça, je l’ai su à travers le « Bonjour » plein d’amabilité qu’il m’a lancé […]