Conakry, à chacun son « 31 »

joliecarte.com

Embouteillages monstres, pétards, feux d’artifice, valse des vestes et des robes, les fêtards de Conakry, comme à l’accoutumée, ont célébré le 31 décembre 2010 dans l’effervescence. Ni la crise économique aigue qui frappe le pays, encore moins les prêches répétées et enflammées des imams n’ont dissuadé les fêtards.

Pourtant, ces deux derniers vendredis, les imams, dans leur sermon, ont désespérément rappelé que la Guinée est un pays à « 95% musulman » et que « 24 et 31 sont des fêtes chrétiennes ». Ils ont évoqué le supplice de Diahannama, Houtama, et Hawia qu’Allah réserve aux réfractaires. Les jeunes, puisqu’il s’agit d’eux, ont, dans leurs caftans de circonstance, sagement écouté ces terrifiantes mises en garde divines. Le 31 décembre, ils ont passé outre et ont troqué leurs caftans contre des tenues ultra exotiques.

On a rivalisé d’élégance pour séduire son ou sa partenaire et se faire valoir. Costume-cravate et souliers pour les garçons, robe et talons pour les filles. Du côté de Kaloum et de  certains quartiers huppés de la capitale, on pouvait apercevoir des play-boys tirés à quatre épingles, « faroter » avec de charmantes ladies. Dans la haute banlieue, c’était plutôt un assortiment d’accoutrements et des couples dépenaillés. Des costumes anté-diluviens masquaient très mal des cravates démesurément longues, décrochées à la grille du marché central de Madina. Quant aux demoiselles, certaines ont voulu s’habiller « classe » avec des robes couleur arc-en-ciel  (rien à avoir avec l’autre) qui entravaient dangereusement leur démarche. Celles qui ont opté pour le «  New Look » arboraient des bodys, style DVD (Dos et Ventre Dehors). Leur corps, moulé dans un pantalon de la taille d’un intestin grêle, faisait ressortir leurs « avantages » à vous faire perdre le réseau ! Tenue idéale pour faire « Sautoka le mur » quand les parents s’assoupissent.

La rue, les bars, les restos et les discothèques étaient archicombles.  En couple ou singleton chacun a tenu à marquer de son empreinte l’année 2010 qui s’en est allé ; comme pour défier le sermon des imams. A cause de la galère, beaucoup ont cotisé pour organiser des soirées à domicile. Raccourci original pour sortir avec sa go. Certains mecs, pauvres comme des rats d’église, ont tout simplement éteint leur téléphone  sous l’avalanche des appels, évitant ainsi de perdre la face devant leur meuf.

En tout cas, qu’on soit de Kaloum ou de la haute banlieue, véhiculé (e) ou pas, cocu (e) ou couplé (e), on aura célébré le 31 décembre 2010, chacun à sa manière. L’alcool a même coulé à flots, obligeant plusieurs à rendre visite au garagiste ou, pire, au chirurgien.

11 Commentaires

  1. « Celles qui ont opté pour le « New Look » arboraient des bodys, style DVD (Dos et Ventre Dehors). Leur corps, moulé dans un pantalon de la taille d’un intestin grêle, faisait ressortir leurs « avantages » à vous faire perdre le réseau ! Tenue idéale pour faire « Sautoka le mur » quand les parents s’assoupissent ».
    tres inspiré et fort mon cher ami jen raffole jattends impatiement larticle suivant bon courage l’avenr tappartiens

  2. bien dit Alimou; 2010 ne t’aura pas! parce que nous on veut te lire encore bien longtemps.
    Vraiment fort. Viva Valesque mon cher

  3. Ah mon frère, qu’est-ce que les imams veulent:
    pleurez avec ceux qui pleurent
    et fêtez avec ceux qui font la fête.
    En tous cas au Cameroun, quelle que soit la fête,
    noël, tabaski, ascension, assomption, musulmans ou chrétiens,
    « tout ça c’est mélangé » dans les ambiances 🙂

  4. Ton 31 était comment? C’est dommage. Au Faso, les fêtes appartiennent à tout le monde musulman ou chretien. Tout le monde fait la fiesta. Un ami tchadien m’avait d’ailleurs confié sa surprise en voyant comment sont celebrer noel, tabaski, ramadan, paques à Ouaga

  5. Super article Alimou.
    Une fois de plus merci pour ta manière de planter le décor, c’est un sans faute.

    Je vois que plusieurs d’entre vous sont surpris du discourt des Imams Guinéens.
    Et bien sachez qu’en Guinée, (comme au Niger ou autres pays qui suivent la même voie), il y a peut a peut une monté du traditionalisme religieux, pour ne pas dire de l’intégrisme. Mais comme les deux vont généralement de paire, car l’un mène bien souvent à l’autre… Et ce, d’une façon bien particulière, certain richissimes « ouarabyas », en quête de salut ou de je ne sais quoi, font vivres la plupart des mosquées de la ville, en échange de quoi, les imams, se plient à leurs attentes en termes de radicalisation des prêches, au détriment du sans premier et théologique des textes. Là dessus le pauvre père de famille, qui lute jours après jours pour faire vivre sa famille, ou le jeune qui ne vois pas d’issus à un avenir inexistant, etc… s’en remettent à Dieu. Et pour cela, ils vont à la mosquée et constatent dans les paroles de l’Imam, qu’ils ne sont pas de bon croyant comme ils le pensaient, et que c’est surement pour ces raisons que leur vie et si dur. En découle ce qui doit en découler, ces pays sont de moins en moins laïques, et donc de moins en moins tolèrent face a la diversité religieuse. Ce qui a comme seul avantage d’empêcher à certaine sectes de prendre trop d’importance, comme dans d’autres pays Africain. Mais qui transforme une des religions les plus belle et les plus tolérente, (dans son message originel), en une philosophie pour abrutis moyen.
    On peut même jugé de la bêtise de ce discour, et de l’ignorance de certains imams, rien que par le texte de notre cher Alimou: «24 et 31 sont des fêtes chrétiennes», d’une part, Jésus, (Îsâ dans le coran), nait à 0h00 le 25 décembre, donc noël se fête le 25 et non le 24 qui n’est pas un jour de fête chrétienne, quand au 31 il n’a aucun rapport avec la religion, quel quelle soit, c’est une fête purement païenne. Et ceci n’est qu’un triste petit exemple de la médiocrité de leurs arguments et de la facilité de les détruire.

    Que Dieu aide la jeunesse de ses pays a se cultiver, a réfléchir, a faire la part des choses, et a comprendre l’absurdité de certain messages dont ils sont abreuvés.

    Car, pour le moment on est loin de ça, malgré de longs mois de discutions avec des jeunes universitaires Guinéens éveillés, rien n’y fait, il sont toujours persuadé de la véracité de ce qui sort de la bouche de l’imam, et le boivent comme la parole de Dieu.
    Hors, il y a des chances pour que ce dernier n’ai pas tardé à abandoner nos imams a jamais.

    Désolé pour la longueur de cette réponse, mais ce sujet me tiens a coeur et m’effraie.
    Je m’arrête donc là, sinon je vais écrire un livre tant il y a dire.

    Encore merci du fond du coeur Alimou pour ton remarquable travail.

    Ps: Ne voyez en aucun cas dans ma réponse un message anti-islamique, si il est interprété comme tel, je m’en excuse par avance, mais je vous prie de croire à la sympathie que j’ai pour la religion, et la beauté de son message premier. Que Dieu vous garde.

  6. « Leur corps, moulé dans un pantalon de la taille d’un intestin grêle, faisait ressortir leurs « avantages » à vous faire perdre le réseau !  » là tu m’as tué. Celle là je la ressortirais si elle n’est pas « copyrightée ».

  7. Pour info c’est bien après la mort du Christ que la date de sa naissance a été cristallisée au 25 décembre qui était une fête « païenne ». a la base c’est la célébration du solstice d’hiver, la fête de « sol invictus » et chez d’autres, la renaissance de Mithra.
    C’est marrant, chez les orthodoxes et les apostoliques arméniens Noël est au 6 janvier.

    Et plus généralement, et c’est vraiment un avis perso qui n’engage que moi, l’intégrisme et l’extrémisme en général ne trouve prise qu’en cas de misère et de désespoir.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *