Familia et Renaissance Fm : « je t’aime, moi non plus »

Contenu Renaissance URL Familia

« Il n’y a jamais eu en Guinée un jugement aussi équitable que celui qui a concerné la crise au sein de Familia Fm aboutissant à la création de Renaissance Fm », fait valoir un fidèle auditeur à qui je demande son avis. Entre Familia et Renaissance, c’est un peu comme une histoire de « je t’aime, moi non plus » à la Gainsbourg. Deux radios communautaires du paysage médiatique de Conakry au passé commun avec des similitudes déroutantes et dont les dirigeants actuels se détestent cordialement. Qu’en est-il réellement, que sont devenus ces deux médias ? J’y ai fourré le museau pour essayer de savoir davantage.

Au troisième étage d’un immeuble engoncé dans le quartier de Cosa dans la banlieue chaude de Conakry, Caleb Kolié le Directeur Général de Familia Fm 105.3 me reçoit dans son nouveau bureau, l’air détendu. D’amples rideaux tapissent les murs. Des photos, notamment une sur laquelle il pose avec le capitaine Dadis Camara, l’ex-chef de la junte qui a pris le pouvoir après la mort de Conté. A mon entrée, il lève les yeux sur un écran d’ordinateur où défilent les images des caméras de surveillance qui scrutent l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.

« Monsieur Kaleb, à quand remonte la création de Familia Fm nouvelle version » ? La réponse de l’animateur fulgurant de l’émission « Société débat », est un  rectificatif : « écoutez, il n’y pas de Familia nouvelle version ; Familia existe depuis le 15 décembre 2006 ». Avant de préciser : « c’est vrai qu’en début 2011 il y a eu une crise à la radio qui a entrainé sa suspension par le CNC [Conseil National de la Communication].

En effet, le 3 mars 2011 le CNC a percé l’abcès. Après une crise à rebondissements qui empoisonnait depuis quelque temps les relations entre Caleb Kolié et Colette Bodais, une expatriée canadienne vivant en Guinée, au sujet de la paternité de Familia Fm, l’Institution de régulation de la presse a décidé de couper la poire en deux. Caleb Kolié hérite du nom de la radio Familia ainsi que de la fréquence 105.3, tandis que Colette Baudais garde le matériel et les locaux. Familia dépecée, prenait ainsi fin un contentieux qui avait résulté par le fractionnement du personnel de la radio en deux clans, paralysant complètement son fonctionnement.

L’origine du problème ? Ben, c’est selon l’auteur des explications ou du clan auquel il appartient. C’est l’émission Société débat qui « dénaturait » le caractère communautaire de Familia en prenant des accents trop politiques et faisait ainsi ombrage aux autres émissions, explique-t-on du côté de Mme Colette.

« Y avait un problème de leadership » rétorque Caleb. « Elle [Madame Colette, NDLR) voulait diriger seule, elle ne voulait plus supporter mon leadership parce qu’à côté de moi elle se sentait petite ; donc il fallait créer quelque chose pour quitter la radio. Heureusement elle a sa propre radio maintenant, elle peut évoluer… », explique Caleb Kolié, visiblement amer. Il se souvient que c’est « un complot organisé contre moi alors que j’étais en Suisse. Des gens que j’ai recrutés voulaient coûte que coûte m’évincer oubliant que c’est moi qui ai créé cette radio ».

M. Kolié explique qu’à travers ses nombreuses relations, il œuvre à présent pour redonner à sa nouvelle Familia son statut d’antan : « la radio communautaire la plus écoutée de Conakry ». Pour cela il compte selon lui sur l’ancien noyau de Familia Fm, étoffé par quelques recrutements pour un personnel « d’environ 70 travailleurs ». L’émission phare  Société débat « continue et innove ». Et M. Kolié d’exulter : « nous allons bientôt lancer la chaine Familia TV et un projet de distribution d’images ».

Visant son regard sur celui sur sa photo en compagnie de Dadis, j’observe: « vous parlez de relations et je vous vois aux côtés du président Dadis,….» ? Sa réponse est cinglante : « Le capitaine Dadis, j’ai de très bonnes relations avec lui. Mais même le Capitaine Dadis ne m’a pas donné un seul franc, s’il a son argent qu’il appelle pour témoigner ». Je fais la même observation concernant une rumeur selon laquelle l’actuel ministre de l’Energie Papa Koly Kouroumah aurait financé la nouvelle Familia. « Pas du tout, Papa Koly n’a pas un franc dans cette radio, aucune personne n’a son argent dans cette radio ; tout est mon argent », assène-t-il. Puis il révèle « j’ai dépensé  570 millions [francs guinéens] pour  mettre la radio en place, j’ai commandé le matériel depuis Paris qui m’a coûté 18 000 euros ».

Caleb Kolié, DG Familia Fm

« J’estime alors que vous avez des activités auxiliaires en dehors du journalisme, M. Kolié » hasarde-je. Celui qui se fait appeler « L’enfant de Galakpaye » du nom d’une petite bourgade située à 17 km de la préfecture de N’Zérékoré, insiste sur son réseau de relations et précise qu’il « ne peut pas avoir de problème sans trouver de solution» avant de concéder qu’il fait aussi de la « consultation » pour les autres.

Avant de dire au revoir, je fais un tour dans les studios. Ils sont parfaitement insonorisés. Du matériel neuf. Sur un pupitre paresse une journaliste bercée par des rythmes de la forêt. Je m’extirpe enfin des locaux de la radio pour m’engouffrer dans le grouillant carrefour de Cosa dont les images défilent en live sur l’écran de Caleb Kolié.

A quelque trois kilomètres de là, à Koloma-marché, le siège de Renaissance Fm 95.9 sur la route Le Prince. L’ancien siège de Familia Fm donc. Renaissance a été lancée le 20 mai 2011. J’ai rendez-vous avec la Directrice-adjointe de la radio, Anne Marie Camara. Belle mise, elle se montre accueillante. « Prenez place Monsieur Sow ». Bureau bien ciré. Je décline mon identité et l’objet de ma visite. Je suis redirigé vers le Directeur de l’info, Salomon Yédidya Dopavogui. Ici, on veut afficher profil bas et se montrer procédurier. Devant M. Dopavogui, je répète la même chanson que tout à l’heure avec  sa supérieure hiérarchique. « Je vous propose de faire une demande, là je suis pris par le temps Monsieur Sow », s’excuse-t-il. J’argumente pour que l’entretien ait lieu, on finit par trouver un consensus sur le facteur temps. Procédurier et méfiant donc, suspicieux à la limite.

« Comme vous le savez, Renaissance Fm est née d’un contentieux » engage le dirlo de l’info sur un ton teinté de dépit. Saisissant la perche, je veux justement surfer sur cette vague. Il avertit : « si c’est vraiment pour le contentieux, je ne peux pas en parler, pour nous c’est de l’histoire ancienne ». Puis il lâche « nous ne faisons pas de l’animosité contre quelqu’un ». Qui le fait alors, relance-je ? « Ecoutez, je ne sais pas mais y en a qui le font ».

Le reste de l’entretien tourne essentiellement autour du personnel et de la grille des programmes. J’apprends qu’ils ont gardé « 95% de l’effectif» des journalistes de l’ancienne Familia et que Renaissance Fm compte une trentaine d’employés et s’appuie sur un réseau de 28 correspondants. Elle émet, en plus du Français langue officielle, dans les principaux dialectes du pays. Sa grille couvre les questions sociales, communautaires, de santé et de l’environnement. Je laisse échapper la question qui me titillait : « Monsieur Salomon, honnêtement, n’avez-vous pas perdu votre audimat après le changement de nom et de fréquence » ? Il se veut rassurant : « renseignez-vous, je vous assure que nos auditeurs nous sont fidèles. Ils connaissent les animateurs et les émissions qu’ils ont l’habitude d’écouter ».

Avant de quitter, j’ai envie de faire un tour dans les studios pour fixer une image. « Non, désolé il faut faire une demande écrite pour ça » me rétorque M. Salomon ! Pareil pour rencontrer Madame Colette la Directrice Générale, il pense d’ailleurs que « ce n’est pas nécessaire ». Procédurier dans l’âme je vous ai dit.

Une crise au sein d’une radio qui donne naissance à une autre, enrichissant ainsi la bande FM de Conakry. Les biologistes appelleraient cela une reproduction par scissiparité. Apparemment, l’une comme l’autre font le bonheur des auditeurs à l’image de celui-ci qui affirme : « je garde la fréquence 105.3 et le nom Familia Fm et j’adore les émissions et les journalistes de Renaissance Fm ». Cet auditeur résume bien la situation car en tapant l’URL de l’adresse web de l’une ou l’autre des deux radios dans votre navigateur vous êtes redirigé vers http://www.familiafm.com avec du contenu signé Renaissance FM ! Comment les webmasters appelleraient ça eux ?

 

4 Commentaires

  1. Comment les webmasters appelleraient ça, mon bon vieux Alimou? Eh bien, du taper dos informatique. Elles s’aiment vraiment tes chères deux radios!
    Amitiés

  2. Comme tu le dis en conclusion, je pense que ce sont les auditeurs qui en profitent. Le paysage radiophonique s’est agrandit maintenant, à ces promoteurs d’innover et de servir le publIc.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *