L’homme est un loup pour…l’animal !

web3u2free.com

« Zen mon chat de 4 ans, s’est fait renversé [r] par une voiture hier après-midi. Le voisin nous a prévenu[s]. Je suis si malheureuse. Une partie de moi est partie avec lui. Je l’aimais tellement. Il me manque ». Ce commentaire de Céline posté sur chien.com laisse deviner  que la vie de Zen, son chat, était épanouie. En dépit du destin tragique qu’il a rencontré. Une existence pleine de tendresse et de câlins. Loin de la vie de chien que mène Dick, le chien galeux et mal-aimé qu’a voulu élever mon cousin.

Il y a de cela quelques mois, mon petit cousin, Bobo, ramenait à la maison, sourire aux lèvres, un chiot qu’il s’empressa de nommer Dick. Un nom qu’il a sûrement pioché dans un documentaire de la chaine de télé Animaux dont il se régale. Dick, un bel animal je l’avoue, était devenu son meilleur pote qu’il nourrissait et dont il offrait le plus grand soin qu’il pût.

Dick a eu le malheur d’attraper une gale. Il se grattait, sa peau foutait le camp de façon lamentable. Il perdait ainsi de sa superbe réduisant son allure d’avant en peau de chagrin. On s’est mis à le haïr. Toute la maisonnée, moi y compris, pressait Bobo de jeter son Dick. Personnellement, je n’aimais pas le voir souffrir et redoutais de choper une maladie qu’il pourrait transmettre. Bobo ne l’entendait évidemment pas de cette oreille. Jusqu’au retour au bercail de son père « diaspo ». Celui-ci a immédiatement développé une Dick-phobie transformant la vie du petit chien en cauchemar. Il est cravaché, battu à coups de pied, de bâtons, enchainé, mis en quarantaine… Chacune de ses escapades nocturnes à la recherche d’une partenaire est sanctionnée tôt le matin par une séance de bastonnade anthologique. Une, deux, trois fois il a été jeté, toujours plus loin, trois fois il est revenu, la queue entre les jambes, préférant l’enfer de la maison à la vie-de-chien-errant-de-Conakry.

Les animaux de compagnie, ce n’est pas du tout mon fort. J’ai le défaut de ne pas aimer les élever. C’est toujours étonné, parfois répugné, que je vois, à la télé bien sûr, des chiens et des chats chouchoutés comme de véritables bébés humains par leur maître. Mais c’est toujours triste, la rage au ventre que je vois mon oncle maltraiter ce chien qui n’a de tort que d’être un chien et de tomber entre ses mains. Un paradoxe, puisque ce même oncle se plait à nourrir depuis 1998 matin et soir un essaim de tisserins qui peuplent les alentours de la concession ! Plus aviculteur que canin donc…

Le sort de Dick est peu différent de celui réservé à ces autres animaux de production que sont notamment les bœufs. Elevés principalement dans la région de la Moyenne Guinée, c’est dans des conditions… « inanimales » qu’ils sont transportés à Conakry où ils finissent dans l’assiette d’un « Grand Quelqu’un » – avec un kilo à 28 000 GNF (près de 3 €), ne mange pas de la viande qui le veut! Entassés dans des camions-remorques, enchainés les uns aux autre, ils passent ainsi plusieurs jours sans boire ni manger avant d’arriver à destination. Ils sont ensuite débarqués sans ménagement, battus, torturés, ligotés et jetés dans le coffre d’une Renault 12 à l’agonie ou suspendus sur le toit d’une épave de Magbana. Des bouchers sans pitié les achèvent enfin avec une rare bestialité dans des endroits répugnants nommés boucheries.

L’adoption d’un animal de compagnie auquel on s’attache tendrement est un phénomène de société ailleurs, au pays de Céline. A Conakry, les chiens sont dressés pour dissuader les bandits qui sèment la terreur dans la cité (sans succès), les chats contre les souris et autres rats, les pigeons pour être revendus, les chèvres et moutons pour finir en barbecue chez le « dibitier » d’à côté.

On ne prend soin de ces animaux qu’en les engraissant dans le but de se faire plus d’argent sur eux. Dans le silence complice des textes de lois guinéennes pour leur protection, ils font les frais de leurs loups de maitres. Haro sur vous !

 

7 Commentaires

  1. Très bel article !
    T’as bien fait d’attirer l’attention sur le sort des animaux dans notre pays. Au moment où sous d’autres cieux ils disposent d’un certain nombre de droits qui leur garantissent la quiétude dans leur vie de tous les jours, chez nous ils sont soumis aux humeur et bonheur de leurs maîtres.
    Espérons que cet article apportera plus d’attention dans le traitement des animaux !
    Mes vives félicitations pour le texte, qui par ailleurs, est excellent !

  2. Marouane Sow, c’est toujours un plaisir de lire tes commentaires, pleins de bon sens dénotant une certaine hauteur de vue des sujets. Pour ce, je t’en remercie et te félicite. Big up my brother!

  3. Moi aussi, j’ai bien aimé ce billet. Il a réveillé des souvenirs. Avant de commencer mes études à l’école française, j’ai été confié par mes parents, comme cela se faisait alors, à un karamoko pour avoir l’éducation religieuse. J’y ai fait le bouvier. Ce billet m’a rappelé cette période de ma vie. En y réfléchissant, à distance de tant de temps, je me rends compte que ces animaux et les humains conduisaient des vies très proches physiquement, mais ce sont des vies parallèles du point de vue des relations. Et je le regrette un peu.

    J’ai commencé à découvrir la capacité d’aimer des chiens pour leur propriétaire, une de pluie à Addis. Ma femme et moi étions invités à diner chez un ami malien (Cissé Django). Comme je klaxonnais devant le portail, sans que le gardien ne vienne ouvrir, mon ami est sorti pour ouvrir lui-même. Sa chienne a commencé à aboyer contre lui comme si elle ne le reconnaissait pas. Lorsqu’il a commencé à marcher, à un certain moment, elle s’est jeté comme pour le mordre au pied. Il s’est fâché et a hurlé contre elle. Mais pendant que nous étions au salon, Cissé a eu un doute pour expliquer le comportement de la chienne. Nous somme sortis avec une torche. Nous avons vu que la chienne avait tué un serpent sur lequel il était sur le point de mettre le pied. Les serpents les plus communs à Addis étant très venimeux, elle s’était sacrifié pour le sauver. Heureusement, elle n’a rien eu.

    Par ici (Europe) le niveau de civilisation d’une personne se révèle par sa manière de traiter les animaux. L’amour qu’un animal est capable de donner est de loin plus grand que celui que les humains peuvent donner. Mon chat, qui a 12 ans et pèse 11 kg, réussit à dire maman, grand-mère, mon nom et celui de ma femme. Au point qu’un soir une amie qui l’entendait sans savoir que nous avions un chat, a demandé si nous avions un perroquet.

    Nous devrions apprendre à mieux connaitre ces animaux qui peuvent aimer et être utiles.

  4. Super Monsieur Bah. Quel bond vous avez fait du jeune bouvier à l’ami des animaux de compagnie que vous êtes actuellement! Bravo pour les anecdotes, très instructives. Y a toujours de souvenirs, qu’un fait, un parfum, un bruit ou une lecture peut remonter en surface. Vos souvenirs sont émouvants et vivaces. Amitiés!

  5. Mr sow ttes mes félicitations la Guinée a besoin d’une personne comme toi mon frère tu mérite d’être récompensé en octroyant une bourse d’étude pour atteindre certains de tes projets que tu veux réaliser au futur avec ma chère Guinée Car tu est un hyper exemple pour la jeunesse Guinéenne. Merci encore une fois.
    big up à toi

    .

  6. Mr sow ttes mes félicitations la Guinée a besoin d’une personne comme toi mon frère tu mérite d’être récompensé en octroyant une bourse d’étude pour atteindre certains de tes projets que tu veux réaliser au futur avec ma chère Guinée Car tu est un hyper exemple pour la jeunesse Guinéenne. Merci encore une fois.
    big up à toi mon champion.

  7. Mr sow ttes mes félicitations la Guinée a besoin d’une personne comme toi mon frère tu mérite d’être récompensé en octroyant une bourse d’étude pour atteindre certains de tes projets que tu veux réaliser au futur avec ma chère Guinée Car tu est un hyper exemple pour la jeunesse Guinéenne. Merci encore une fois.
    big up à toi mon Grd Soul ton petit.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *