La sape à la Fac: Etudiantes ou top-modèles?

Avant de promener mes doigts sur mon QWERTY pour matérialiser cet article, j’ai longtemps cogité pour savoir par où commencer. Tant mes yeux ont été éblouis par ce qui leur a été donné de voir dans les Universités de Conakry en matière de sape. Faites-y un tour, et vous reviendrez suffisamment outillé pour lancer votre propre marque de vêtements pour femmes ! Entre farce, fripe, frime et bling-bling, bienvenue dans le monde estudiantin de la gent féminine de Conakry.

Dans votre imagination représentez-vous n’importe laquelle des 67 institutions d’enseignement supérieur, publiques et privées, du pays. Mais faites un effort pour vous concentrer dans la zone de Conakry. Il est 8 heures dans la matinée, le prof a déjà débuté son cours. Soudain, toute l’attention de la classe est retenue par une arrivée. Celle d’une étudiante.

Défavorisée par la taille, elle chausse des talons vertigineux dont le contact avec le carrelage génère un bruit caractéristique. Ses jambes sont moulées dans un pantalon genre « Slim » faisant ressortir avantageusement ses formes. Un body, gravé d’un anglais injurieux dont elle ignore sans doute le sens, emprisonne ostensiblement sa poitrine généreuse. Une grosse paire de lunettes « Soleil » est plantée sur sa tête dont les mèches forment un chignon terminé en queue de cheval. D’innombrables bracelets aux poignets, des boucles d’oreilles en cerceau, une chainette à la cheville gauche et un maquillage aphrodisiaque complètent le décor. Elle file s’asseoir en Colombie (fond de la salle), accompagnée du regard des garçons humant son NIVEA Active Fresh sur son passage. Ce n’est qu’après avoir pris place que l’étudiante dévisse les écouteurs de son Smartphone, interrompant ainsi le beat de « Juste une photo de toi » de Matt Pokora qui matraquait ses oreilles. Le prof, qui avait momentanément suspendu le cours normal de son cours pour cette entrée princière, relance : « à la ligne, chapitre I… » ; en attendant la prochaine arrivée !

La sape à la fac, c’est tout un programme.  Les étudiantes « top-modèles » de Conakry ne parlent que de ça. Elles en font une préoccupation quotidienne. A la cantine de l’école, c’est le principal sujet de conversations. Chacune révèle ses nouvelles trouvailles : « l’autre jour à Madina, j’ai acheté de jolies chaussures. Attends, tu vas les voir lundi, ma copine ». Et pititi et patata ! Entre petits groupes aux allures de clans, elles se brocardent copieusement, traitant de « Gawa » ou de « Balla » celles qui sont jugées « mal habillées ».

Au début du phénomène, les filles s’habillaient pour impressionner les mecs, parait-il. Mais maintenant c’est pour tenir tête aux autres filles. Du coup, la concurrence fait rage. C’est devenu même un casse-tête pour certaines. Qu’est-ce qu’il faut mettre demain ?  Au détour d’une causerie, y en a qui disent : « moi, c’est pas mon problème. Le matin en venant, je mets le premier pantalon que je trouve dans l’armoire ». La réalité est tout autre quand elles se pointent au School le lendemain.

Avec les « filles à papa » qui viennent dans leur propre voiture ou celles qui se font déposer chaque matin dans des 4×4 rutilantes, la frime est encore poussée à fond. A la pause, on exhibe les téléphones dernier cri. Celles qui possèdent des BlackBerry et autres iPhone, les brandissent comme des trophées de guerre. On déplace sa caisse juste pour faire savoir qu’on est « véhiculée » ou qu’on a changé celle d’hier. Si vous êtes un étudiant ordinaire et vous saluez cette catégorie d’étudiantes, elles vous dévisagent de la tête aux pieds avant de répondre. Et dans le « Bonjour » qu’elles dégainent, le « R » meurt étouffé dans leur gorge. Des vraies parisiennes quoi !

Longtemps obligées d’être en uniforme, ces étudiantes semblent vouloir se venger de toutes ces années du secondaire où elles portaient le kaki au collège et bleu-blanc au lycée. Le résultat fait que chaque université ressemble aujourd’hui à une discothèque ou accueille le Festival International de la Mode Africaine (FIMA) avec son Alfadi. Ce qui inspire le surnom de « Podium » à une ruelle reliant deux universités proches dans la commune de Ratoma.

Peut-être qu’en créant une filière « stylisme » ou « mannequinat » dans les facultés, les autorités de ces universités limiteraient ainsi les nombreux échecs liés à ce phénomène.

Alimou

6 Commentaires

  1. C’est beau ça. Les temps evoluent mais pas tres vite car je vois encore la description d’une université que j’ai frequenté à la difference qu’on ne parle pas de toutes ces femmes voilées de la faculté de medecine.

  2. Le retour des « fashion victims », les Naomi « Pasbelle » et Claudia Chiffon…..
    Que dire alors des mecs à la crete de coq et au jean slim taille……xs !

  3. Mais Alimou, que veux-tu, hein! C’est la nouvelle génération BCBG, faut donc frimer, quoi! Ca fait cool, mon vieux, crois-moi! Y a plus rien d’extraordinaire dans ce phénomène supra tendance de la frime. T’as pas encore trente ans, mon vieux, frime donc, c’est super important pour la génération bling bling.

  4. EN tout cas trop dificile pour moi de s’inscrir ds une fac ou des nichon ne me pointe pas …….siinnnnnn

  5. c’est la pauvreté qui afflue c’est genre de trucs comment on peut vouloir courir en gratant les fesses esperons qu’elles savent ce qu’elles veulent

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE