Mon premier voyage en avion !

Un Boeing de Sénégal Airlines à Conakry

« Tu vas voir, Dakar c’est beau et  grand » ! « L’aéroport international Lépold Sédar Senghor est impressionnant. C’est tout le contraire de Gbessia » ! « Oh, tu pars pour  Dakar ? non mais c’est magnifique la capitale sénégalaise» ! Et encore et encore… Aujourd’hui j’ai un mal de chien à me remémorer du nombre de fois qu’on m’a bassiné les oreilles avec de telles phrases. Du coup, avant mon départ de Conakry,  l’image idyllique de Dakar que je me suis construite dans la tête était à faire pâlir Manhattan de jalousie. Une vision que Sénégal Airlines a réussi  à émousser au bout de 1H 25 minutes de vol.

Déjà, à deux jours de mon départ, l’excitation était maxi. D’abord pour la grande retrouvaille et la formation avec RFI Mondoblog, mais aussi et surtout pour le voyage lui-même. Je me disais « voilà, enfin, ta première occasion de monter dans un avion ». Oui, pour certains, ça peut paraitre banal, voire puéril de parler de mon premier voyage en avion. Mais, après tout ce temps que je me suis tapé les Magbanas et taxis jaunes de Conakry, les Peugeot 505 interurbaines, embarquer dans un avion, que j’ai toujours vu à distance, mérite réellement ce billet. Et comment !

Le jour J, le dimanche 03 avril donc, fallait se pointer à l’aéroport International Conakry-Gbessia à l’heure. Sur le billet c’était marqué 15 H 25 pour le départ. Pour des mesures de sécurité, et tel que suggéré par l’équipe d’encadrement de RFI Mondoblog, il fallait venir 2 heures en avance pour ceux qui ont l’habitude des avions, et 3 heures pour nous autres. J’ai rajouté 2 heures supplémentaire aux trois conseillées ! Histoire d’éviter « Maman, j’ai raté l’avion ». En fait, ce dimanche coïncidait au retour en Guinée de l’opposant Cellou Dalein Diallo. Alors pour éviter toute tracasserie, il fallait vraiment venir tôt ; quitte à passer toute la journée à l’aéroport, mais à l’intérieur.  Ah, j’oubliais de préciser que je voyageais avec mon compatriote Mondoblogueur Fodé Kouayaté, également bleu en matière d’avion. Une paire parfaite, pire que Sidiki et Souké !

A 10 heures pétantes nous voici à Conakry-Gbessia. Fodé en chemise, pantalon jean et souliers. Pareil que moi, sauf pour mon pantalon qui était en tissu et la veste pendante au bras gauche. Deux heures trente minutes d’attente et les formalités d’embarquement commencent. Ça se déroule sans encombre et très vite. Après, il faut prendre un escalier, passer les bagages aux rayons X avant de rejoindre le hall d’attente. Pour monter dans le hall, on a le choix entre un escalier ordinaire et un autre roulant. Je choisis ce dernier. Ah oui, avec tous les commentaires sur l’aéroport de Dakar,  l’escalier roulant est un test opportun. Pour le passage aux rayons X : RAS, tout se passe nickel. On prend place, les bras en ailes de vautour, sur les nouveaux sièges du hall relooké de l’aéroport. A un moment, j’ai eu un sourire de fierté lorsque j’ai vu d’autres voyageurs novices se prendre en pleine gueule la vitre des portiques d’entrée du hall !

Entre temps arrive le Ministre de la Sécurité, Mamadouba Toto Camara.  Inspection et distribution des ordres aux agents présents sur les lieux. Je pense que c’est lié au retour de Cellou. Et puis, je le surprends faire une confidence à  un accompagnateur : « nous allons bientôt renouveler tous  les passeports guinéens ». Ne le répétez à personne, c’est confidentiel… Aux environs de 14 H 30, le vol DN 022 de la compagnie Sénégal Airlines en provenance de Dakar se pose sur le tarmac. Passagers et fret débarquent. Quarante minutes plus tard, la speakerine, à découvert,  qui se répétait anxieusement son texte devant moi, annonce d’une voix chevrotante «…embarquement immédiat… ». Une stagiaire, sans doute. J’ai le siège 14 B, juste à côté de Fodé. Avant le décollage, chacun passe le dernier appel ou SMS pour annoncer qu’on a pris place. P’tite démo pour la sécurité par le  personnel navigant, puis l’avion vrombit et tourne pour prendre son élan. Quand il a lâché le sol, j’ai eu une drôle sensation : crampes d’estomac accompagnées de brefs spasmes ! Pareil pour mon ami.

Dans l'avion

Une heure vingt cinq minutes de vol, un repas sommaire, nous atterrissons à l’Aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar Yof ! Je suis tout de suite étonné par mon manque d’étonnement. L’image féérique que j’avais de l’Aéroport et de « Dakar la magnifique » s’évapore instantanément !  C’est vrai que Yof est plus grand que Gbessia, mais où sont les escaliers roulants et complexes qui alternent ? Où sont les gratte-ciels et les rues clean de la ville ? J’espère qu’à côté de la « Terranga » sénégalaise (hospitalité) que je commence déjà à sentir à l’Espace Thialy où nous résidons, je découvrirai, durant mon séjour, le côté  « magnifique » de Dakar. En tout cas, ce nouveau voyage a été « BONNE», comme on dit chez moi.

Alimou Sow

15 Commentaires

  1. Bonjour Sow. Mondoblog a permis à beaucoup de mes compatriotes d’éteincher leur soif d’aventure. Félicitation pour ta sélection et bon séjour à Dakar!

  2. Très joli billet, mon frère!
    « J’ai rajouté 2 heures supplémentaire aux trois conseillées ! Histoire d’éviter « Maman, j’ai raté l’avion » ». LOL, tu as raison! « le nombre d’heures que le berger fait pour dormir dans la forêt, il fait le même nombre d’heures pour courir chercher ses animaux perdus », dit-on en Bambara. Tu as eu l’idée de bien éviter cela.

  3. Cheri tu na pa fini de ns epaterrrr!!!!tu es tro bon je me suis tro marrééé!!l’aeroport de Dakar cest rien hahahah attention kan mm aux femmes galsenes dehh il parait k’elles lachent pas les hommes!!XDDDD

  4. franchement tu as la plume facile et j’ai rigolé en lisant ce billet par pour ton aveu mais pour les comparaisons avec siriki et souké mdr…………..il ya une chanson ivoirienne de siro qui relate un premier voyage d’un groupe à paris donc la veille du voyage ils vont prendre conseil près d’un habitué au lieu de suivre les conseils ils derivent une fois dans le monstre de métal,arrivé à paris ils voulaient des chaussures ils demandent des crêpes on leur repond faites un tour chez le patissier,et comme c’était l’hiver le froid faisaient s’echapper des volutes de fumée de leur bouches ils se disent entre eux que cigarette kils ont fumé à abidjan c’est ce ki sort à paris

  5. bravo pour l’article; j’ai pris énormément de plaisir à le lire et j’ai beaucoup rigolé surtout sur les références à maman j’ai raté l’avion et le fait de venir 5h en avance. j’espère que t’as pas été trop déçu par la première impression.

  6. Moi aussi c’est la première fois que j’ai pris l’avion (Merci Mondoblog 😉 )
    Je ne sais pas si tu as vu le cartoon de Jerry (la souris) qui prenait un ascenseur, j’ai ressenti la même chose au décollage et à l’atterrissage 😀

  7. génial mon frère il faut voyagé pour faire la différence a mon avis le senegal n’est pas un modèle pour la sous région

  8. Salut man!

    Ton article, le titre en dit suffisament puisque tout ce qui est première fois est toujours emotionnel; de surcroit s’il s’agit d’un voyage par avion. Je t’en souhaite plusieurs dans l’avenir.
    Bon séjour au pays de la terranga!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *